Raluca Maria Hanea

Raluca Maria Hanea est née en Transylvanie en 1982. Elle habite depuis une dizaine d’années à Paris et dirige le bureau des films du festival de cinéma européen des Arcs. Son travail tourne autour de cette double inflexion de l’écriture littéraire et de l’écriture cinématographique, l’une nourrissant l’autre, donnant une grande importance à l’image et à l’implication du corps. Elle explore l’intimité de l’être dans le langage, et la difficulté de la conserver face au risque de dilution dans les mises en scène du temps présent. Son travail poétique est notamment publié en revue (Averse, Aka, remue.net, N47, Mula Blanca) tout comme ses traductions du poète roumain Matei Hutopila. Elle accompagne régulièrement son travail de dessins et collages qui font partie intégrante de sa création.

Sans chute

 


 

 

 

 

 

 

 

on ne se voit plus, c’est mieux ainsi

je n’oublie rien, pourtant je fais des listes

des tremblements en tête

lire les autres nous dépêche

je n’oublie rien, c’est mieux ainsi

 

Sans chute est un livre qui trace un chemin intime dans la dilution du monde. Poésie sensorielle des corps qui se touchent et se séparent, distendus par le flux des images quotidiennes, des télescopages syncopés et bruyants des sollicitations permanentes. Le quotidien est une explosion, on habite dans les images. Comment les jours passent-ils, quelle empreinte ils laissent, quelles odeurs, quelles couleurs. Eclats, collisions, Sans chute nous maintient en constante stimulation émotionnelle, comme dans une matrice de mémoire où se composerait un langage, par la multiplication des liens sensoriels et picturaux. Les souvenirs remontent, fragmentaires, découpés, liés entre eux par le fil d’une mémoire qui retient une émotion, une palpitation, un détail. La langue cherche un chemin, un chemin à travers une pluie cacophonique qui maintiendrait son identité et son intimité, sans chute, de l’un à l’autre, dans le monde. Une recherche de précision pour se toucher, se voir, par-delà nos pertes, franchir la barrière des images et des corps. Ces clignements d’images, nos respirations, et ces mots d’enfants hors de l’emprise de la machine, pour toucher le cœur. Et dans le dépassement de l’enfance et des cauchemars, trouver enfin un langage pour parler. 

 

2016, 64 p., 15x21 cm, ISBN 9782877041683, 16 €

Tirage de tête

22 exemplaires numérotés sur Vélin d'Arches,comprenant des interventions originales au fil

des pages de Caroline Corbasson.Le livre étant

signé au colophon par l'auteur et l'artiste. 

Epuisé