Fernando Pessoa

Bureau de tabac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne suis rien

Je ne serai jamais rien.

Je ne peux vouloir être rien.

A part ça, je porte en moi tous les rêves du monde.

 

Jamais auparavant Alvaro de Campos n’avait poussé si loin cet acharnement contre soi-même, cette rage destructrice à laquelle rien ne résiste, pas même sa dignité d’homme souffrant. Cette histoire est la revanche du poète réel sur le vivant imaginaire, la suprême comédie si l’on veut du comédien, mais comédie jouée jusqu’au bout avec la plus grande virtuosité. Alvaro de Campos a sans doute raté sa vie, mais Pessoa, qui écrit sous son nom, n’a pas raté son œuvre.

Pierre Hourcade (extrait de la postface)

 

1985 (cinquième édition 2017), traduit du portugais par Rémy Hourcade, édition bilingue

Préface de A. Casais Montero, postface de Pierre Hourcade, illustrations de Fernando de Azevedo
64 p., 12,5x19,5 cm, ISBN 2877040038, 14 €

Tirage de tête

- 50 exemplaires sur Vélin d'Arches.

Epuisé