Fabienne Courtade

Lenteur d'horizon

 

 

 

 

 

 

 

(nous restons là

un jour de plus

 

et nous regardons jour après jour

 

cette main qui ne sait jamais

ce que donne 

l'autre main

 

Fabienne Courtade pénètre à l’intérieur des jours et y déploie tout l’espace du poème. Dans une perception ralentie du temps, par les déplacements de l’ombre sur les corps, les bruits dispersés, une sensualité muette en bascule permanente d’ombre et de lumière. On s’arrime à cette clarté du temps, on s’allonge là, dans son corps. Dans les oscillations infinies des lignes, de l’air, de la lumière. Les jours revenant portent dans leur similitude leurs propres citations. Ce qu’on en retient, ou tient ou tenait dans la main, comme on tient à l’autre. Poème en suspension du temps, en attente, en effondrement face aux disparitions des abords de la nuit, Fabienne Courtade tisse par légères variations de cendres et de fleurs « un jour entièrement jour ».

 

1999, 72 p., 15x21 cm, ISBN 287704131X, 16 €

Tirage de tête

50 exemplaires sur Vélin d'Arches, accompagnés d'une aquatinte

de Frédéric Benrath, signée. 75 €