Guy Viarre

Finir erre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De loin on souffre

de près pas du tout

de se sentir trop près on meurt

alors on se scinde

 

toujours on se scinde.

 

Finir erre est un livre de la séparation, un morceau brûlé dans la paume de la main. On peut écrire la souffrance, mais sans pouvoir la mettre à l’écart. Les mots n’écartent pas assez, il y a une scission, une fragmentation continue et cette difficulté de tenir ensemble en soi. Un visage de mort nous regarde, qu’on ne peut quitter des yeux, une mâchoire de sexe et d’enfance. Une mâchoire d’enfantement. Peut-on mourir tous les jours ? Guy Viarre nous écrit, mais de quel côté de la mort ? Comme s’il avait ouvert un passage, et qu’il écrivait de tous les côtés de la mort. Parce qu’elle tient tout entière dans le corps de l’existence. Depuis ce passage qu’il emprunte seul, Viarre jette sa lumière dans ce livre où la « solitude s’ajoute à rien ».

 

1999, 32 p., 15x21 cm, ISBN 287704128X, 13 €

Tirage de tête

- 23 sur Vélin d'Arches, contenant une page manuscrite de l'auteur,

sur Chine ancien, signée.

90 €