L'autre rive

 

Alejandra Pizarnik

1983, traduction de Jacques Ancet

56p., 16x20

Epuisé en édition courante

 

 

 

 

            JE DEMANDE LE SILENCE

              Chante ô ma pauvre blessée

                           Cervantès

   

bien qu'il soit tard, qu'il soit nuit

et que tu ne puisses pas.

 

Chante comme si rien ne se passait.

 

Rien ne se passe.

 

Tirage de tête

- 39 exemplaires sur Vélin d'Arches.
75 €
 
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Editions Unes - 13 avenue Pauliani 06000 Nice - unes@arts06.fr - 0493621440