Luis Mizon

Chronique du blanc

 

 

 

 

 

Néon en gouttes

citrons coupés.

 

L'assiette seule contient les couleurs

et le verre d'eau

un cheval de poussière blanche

se désagrégeant comme un conte.

 

Nous devinons ainsi

le paysage du cœur.

 

En trois suites de sept poèmes, Luis Mizon trace un lieu de mémoire dans le ciel blanc. Par l'espace domestique d'abord, les objets sur la table, les photographies sur le mur, les pierres éboulées - tout est symbole. Symbole du silence blanc de la nuit. Viennent ensuite les mots, qui sont "notre unique luxe", qui se mêlent au rêve et à la transparence. Et les corps enfin, les corps absents. Les voix qui murmurent encore dans le feu. Contre l'oubli, Luis Mizon se fait le témoin "du visage sans yeux et de la couleur sans mémoire".

 

1991, traduit de l'espagnol (Chili) par Claude Couffon, édition bilingue

32p., 15x21cm, ISBN 2877040291, 13 €

Tirage de tête

- 18 exemplaires sur Vélin d'Arches, contenant une peinture originale de Julius Baltazar rehaussée, de poèmes manuscrits de l'auteur, signés.

300 €

- 45 exemplaires sur Vélin d'Arches, contenant une gravure de Julius Baltazar, signée.

120 €

 

- Quelques exemplaires sur Vélin d'Arches, non numérotés, sans œuvre.

30 €