José Angel Valente

Material Memoria

 

 

Tant que je pourrai parler

je ne mourrai pas.

 

Tant que mon souffle brouillera

les mots écrits dans la nuit

je ne mourrai pas.

 

Tant que l'ombre de ce ventre descendra

jusqu'à la pointe obscure de la rencontre

je ne mourrai pas.

 

Je ne mourrai pas.

Ni toi avec moi.

 

 

Lignes de visages obscurs, objets et mots fondus ensemble dans la nuit, perdus dans une tension noire. Chez José Angel Valente, la lumière est issue de la nuit, où la mémoire s’est enfouie. Comment toucher ce qui a disparu dans l’obscurité – visages pris dans la dévoration de la mort ? Dans ces amours qui se consument. La fin du jour, l’aurore, l’un dans l’autre la mort dépassée. Nous sommes des noms et des figures, nous sommes des parcelles de mémoire fragiles qui cherchent à s’éclairer.

 

1986, traduit de l'espagnol et préfacé par Jacques Ancet, édition bilingue, suivi de Cinq fragments pour Antoni Tapiès

88 p., 15x21 cm, ISBN 2877040658, 24 €

Tirage de tête

- 50 exemplaires sur Vélin d'Arches, contenant une gravure de 

Antoni Tàpies, signée.

Epuisé   

 

- Quelques exemplaires sur Vélin d'Arches, non numérotés,

sans œuvre.

45 €