Georges Perros

Georges Perros est né en 1923 à Paris. Il commence par étudier l’art dramatique et est reçu à la Comédie-Française, où il rencontre notamment Jean Grenier et Gérard Philippe. Il abandonne la figuration théâtrale pour se consacrer à la littérature et commence à publier des notes de lecture en 1953 dans la NRF. Il traduit également durant cette période Tchekhov et Strindberg. Il s’installe en 1959 à Douarnenez, où il écrit et lit intensément. Perros ouvre son œuvre en 1960 avec le premier des trois tomes de Papiers collés, assemblage de fragments hétéroclites et libres qui mêle humanité et ironie désabusée, et marque un refus d’une œuvre lisse, enfermée dans un genre identifiable. Cette peinture d’un quotidien sans importance apparente, où se révèlent les failles de l’existence, se retrouve dans son recueil Une vie ordinaire. Atteint d’un cancer du larynx, il décède en 1978 après n’avoir publié que quatre livres. Perros a reçu le prix Max Jacob en 1963, le prix Valéry Larbaud en 1971 et le prix Bretagne en 1974.