/ / /

France 

 

img045 - Copie (2) 

 

 

Le visage volé

1981 img175

24p., 10,5x13,5

Epuisé en édition courante

(Voir tirages de tête)

 

 

Tard, dans la nuit,

quelqu'un a voulu sortir de son corps

et cacher son visage

 

Il ne l'a pas retrouvé

 

 

 

 

Le corps immobile

1982

32p., 13x17

Epuisé en édition courante

(Voir tirages de tête) Le corps immobile - Giovannoni 

 

 

Tu n'aurais pas dû, au moment  

où l'on te demanda de ne plus bouger,

te placer si près du bord de la photo

 

Là-bas, ce n'était que mouvements

et tu ne voyais que bonheur

à te laisser emporter

 

 

 

Au fond de l'air

1982

18p. en feuilles, 8x11

(Voir tirages de tête)

 

 

 

Les mots sont des vêtements endormis Les mots sont des vêtements endormis - Giovannoni 

1983

48p., 17x17

Epuisé en édition originale, voir réédition plus bas

(Voir tirages de tête)

 

Tu crois ouvrir

alors que tu ne fais que fermer 

 

 

 

Mère

1984, frontispice de Colette Deblé

20p., 17x26

(Voir tirages de tête)

 

 

 

Les choses naissent et se referment aussitôt

1985Les choses naissent et se referment aussitôt - Giovannoni

176p., 14x20

Epuisé en édition courante

(Voir tirages de tête)

 

 

Peut-être qu'en marchant

en bougeant

tu dis ce que l'invisible a à dire ?

 

 

 

Peut-être que toute ta vie

n'est que la phrase

d'une seule pierre ?

 

 

 

 

 

Carte d'identité  

1985, dessins de Colette Deblé   Carte d'identité - Giovannoni 

40p., 12,5x15    

Epuisé en édition courante

(Voir tirages de tête)

 

 

 Qui voit sépare 

 

 

 

 

 

L'absence réelle (avec Raphaële George)

1986, frontispice de Ghislaine Amonl-absence-reelle.jpg

2-87704-016-X, 48 p., 15x21, 17 €

 

 

Pourquoi veut-on toujours que l'autre ait un lieu en nous ?

 

Pourquoi a-t-on toujours cette envie, irrésistible, de faire passer, en nous,

sa chaleur et ce qui bouge au fond de son regard ?

 

Pourquoi vouloir toujours retenir, dans son corps, la présence des autres ?

alors que c'est leur absence - toujours et uniquement leur absence - que nous

gardons au fond de notre corps.

 

 

 

Le passeur

1987

20p. en feuilles, 8x11

(Voir tirages de tête)

 

 

La demeure de l'ombre

1987

16p., en feuilles 12,5x16,5

(Voir tirages de tête)

 

 

 

L'immobile est un geste

1988L'immobile est un geste - Giovannoni

160p., 15x21

Quelques exemplaires disponibles, 35€

 

 

Chaque chose dite

est dite pour s'éloigner d'un lieu

et non pour le désigner.

 

Il n'est de visage

que tourné vers le vide


 

 

Pas japonais

1991Pas Japonais - Giovannoni

64p., 15x21

Epuisé en édition courante

(Voir tirages de tête)

 

 

Les mots existent parce que nous ne

savons pas tenir en nous-mêmes.

 

 

 

 

 

 

Garder le mort

1991Garder le mort - Giovannoni

2-87704-052-6, 80p., 12,5x19,5,  

Quelques exemplaires disponibles, 20 €

 

 

Lorsqu'on le trouve

on lui ferme les yeux

 

On le renvoie à sa nuit

 

On ne veut pas

qu'elle se répande

 

 

 

Entre le sol

1995

20p. en feuilles, 8x11

(Voir tirages de tête)

 

 

 

 

Chambre intérieure

1996, dessins de Gilbert Pastorchambre-interieure.jpg

2-87704-096-8, 88 p. 22x21, 24 €

 

lit trop vaste

 

visage contre le drap

mes frères emmurés

 

la salive mouille

 

les vêtements prennent l'air

 

les lèvres

c'est le retour

 

on démâte

le grand corps blanc

 

 

 

Greffe

1998, dessins de Vincent Verdeguergreffe

2-87704-116-6, 96 p., 15x21, 17 €

 

     

viens

laisse-moi

fermer

 

 

 

 

 

 

 

 

Parce que je le vaux bien img170 

2001

32p. en feuilles, 15,5x21,5

Edition à tirage limité, quelques  exemplaires marqués H.C., 21€  

 (Voir tirages de tête)

 

 

 

  Plaisirs à petit fonds garantit son légume. Plus

je m'extrafoliais, plus on me buvait sans lèche ni

vrille, par simple goût de tremper ses lèvres dans

ma timbale.

 

 

 

Issue de retour

2013Issue de retour

978-2-87704-149-2, 72 p., 15x21, 16 €

 

 

On ne peut toucher l'espace

 

On se déborderait.

 

Toujours placer un objet

Entre soi

Et le monde.

 

Toujours traduire la pesanteur

Par des mots.

 

 

 

Ici n'a pas lieu

2013Ici n'a pas lieu

20 pages, 8x11

(Voir tirages de tête) 

 

D'ici               à ici

 

N'a pas lieu.

 

 

 

 

Les mots sont des vêtements endormis (réédition)

Suivi de Fragments inédits et d'une postface de l'auteurcouv Les Mots... - copie

2014

978-2-87704-155-3, 80 p., 11x16, 14 €

 

 

Tout tient dans l’air sans qu’il y ait besoin d’appui. Passerelle sans aucune rive. Passerelle entièrement aérienne d’où tu ne pourras pas te jeter. Le malheur veut que tous ceux qui passent par-dessus la balustrade ne tombent jamais. Leur vient toujours sous les pieds une autre passerelle.

 

 

Retour au catalogue